Сурен Дилюарян

Армения

https://mediamax.am/am/news/special-report/43673?fbclid=IwAR1tjMIj6Crx3h6O3z2AqFewJCGiKpF8621QLGlOiXJI-pOCNAXvVtVrt58

Les gens ne tiennent pas compte du fait que vous avez été blessé et que vous avez été blessé pendant la guerre. L’aide financière promise par le gouvernement n’a pas encore été accordée, la délivrance des papiers est constamment retardée, c’est de la paperasserie non pertinente, une situation de désorganisation terrible. Il y a aussi beaucoup de tracas dans les hôpitaux, il faut prendre un bout de papier et entrer dans mille armoires, et cela avec ma respiration. Un jour, mon père s’est fâché, a laissé tomber les papiers et a dit que nous n’avions pas besoin de leurs soins médicaux gratuits, nous irons le faire ailleurs moyennant des frais. »

Nous devons continuer à vivre

“C’est incroyable, mais j’ai trouvé la force de continuer à vivre. Si vous avez survécu, alors vous devez continuer le chemin que vous avez choisi. »

Suren sera bientôt admis à l’Institut d’État de la culture physique et des sports d’Arménie pour étudier le journalisme sportif. Maintenant, il fréquente également l’Académie des médias de la télévision publique, se familiarise avec le travail en direct sur “Armenia” TV et effectue un stage chez Mediamax Sport de Mediamax Media Company.

« Le personnel est très bien partout. J’ai déjà eu mon premier entretien chez Mediamax, j’étais un peu tendu, mais Gohar et Hasmik m’ont beaucoup aidé. Ils soutiennent toujours avec tout. Attendez-vous à des matériaux intéressants sur des sujets de football de ma part dans un proche avenir. “Le temps nous le dira, mais je pense que tout ira bien”, conclut Suren Dilbaryan.

Rate article
Add a comment